Thérapie individuelle

Relever le défi d’être soi-même en relation

Commencer est facile !

Prendre rendez-vous

Votre 1ère session! Ouff ca fait du bien !

Thérapie individuelle

Rita P Martin thérapie Individuelle Sorel

Relever le défi d’être soi-même en relation :

Plusieurs d’entre nous avons appris à nous détourner de nous-mêmes dans le cadre de nos relations de couple afin de nous assurer une certaine reconnaissance de la part de notre partenaire de vie. Nous avons aussi agit de la sorte pour ne pas lui déplaire, le blesser ou simplement l’indisposer. Il n’y a donc pas à s’étonner qu’au fil du temps, à force de faire fi de ce que nous sommes et de ce que nous désirons véritablement, nous nous retrouvions malheureux et frustrés. C’est souvent la raison pour laquelle nous reportons sur l’autre la responsabilité de notre mal de vivre. Nous commençons alors à le critiquer et, conséquemment, à nous en éloigner de plus en plus.

Face à des situations comme celles-ci, certains conjoints n’arrivent pas à déceler la souffrance qui se cache derrière nos attitudes pernicieuses tandis que d’autres se montrent carrément indisposés par nos récriminations ou nos silences. Indigné de ne pas avoir d’échos favorables à nos besoins profonds, nous avons alors souvent tendance à présumer que notre partenaire est indifférent ou insensible. La souffrance et la colère s’enracinent alors davantage et nous réagissons souvent en accentuant des comportements qui transmettent des messages encore plus confondants. Comment se sortir de cette spirale sans fin ou, encore mieux, de l’éviter ? Si l’on souhaite vraiment acquérir ou retrouver le bonheur dans notre relation de couple, il est de toute première importance de bien se connaître, d’accepter et d’assumer ses besoins, ses émotions et ses fragilités et, enfin, d’apprendre à bien les communiquer afin de sensibiliser notre partenaire aux attentes que nous nourrissons.

Se relever d’une séparation :

Apprendre que notre partenaire veut nous quitter représente un des événements les plus bouleversants de notre vie d’adulte. Le choc est d’autant plus important si nous ignorions que notre conjoint s’était à ce point éloigné de nous. L’idée d’une séparation éventuelle est tellement douloureuse que plusieurs préfèrent ne pas y croire. Ce recours au déni de la réalité comme mécanisme de protection ne peut cependant être d’un grand secours bien longtemps. Il vient un temps où il n’est plus possible de nier le détachement évident de notre partenaire. C’est alors qu’une série d’émotions, d’une intensité jusque-là inimaginable, se bousculent en nous. La panique, la peur, la fureur, l’impuissance, le désespoir, l’humiliation et la dépression témoignent du niveau de détresse considérable dans lequel l’autre nous laisse. Plusieurs défis importants nous attendent alors sur la route qui nous conduira à reprendre confiance et à retrouver la sérénité. Il faudra d’abord apprendre à reconnaître, à accepter, à vivre et à exprimer ses émotions. Ce n’est qu’une fois cette première étape complétée qu’il nous sera possible de saisir les causes personnelles et interpersonnelles qui ont conduit à la dégradation de notre relation et de poser des gestes conduisant à une séparation qui tienne compte du respect des individus. Par la suite, il sera important d’apprendre à mieux se connaître et à s’estimer à sa juste valeur, à prendre soin de nous-même et à se construire une vie à sa mesure en l’absence de l’autre. Enfin, grâce à une démarche de ce genre, certains d’entre nous en viendront même à définir des balises différentes qui leur permettront éventuellement de s’ouvrir à une nouvelle relation, apprendre à refaire confiance et décider du futur de notre relation avec une certaine sérénité.

Surmonter la dépendance affective :

La dépendance affective entraîne beaucoup d’entre nous dans des relations destructrices ou sans issue. Le choix répété de partenaires inaccessibles ou incapables d’aimer vraiment fait de nous des « dopés de l’amour » et nous condamne inévitablement à la désolation, à l’épuisement et à l’échec amoureux. Un manque d’amour-propre considérable est à l’origine de cette forme de dépendance.  En tant que victimes de l’amour, notre parcours est d’ailleurs souvent pavé d’instabilité, d’abus ou de négligence, de trahison ou de rejet qui trouvent souvent leur origine dans notre enfance. De ces turbulences émotives répétées émerge un besoin criant d’être aimés face auquel, paradoxalement, nous nous en estimons indignes.

Par conséquent, lorsque nous sommes affligés de cette dépendance, nous recherchons des relations passionnées tout en craignant l’abandon. Nous sommes disposés à tout faire pour satisfaire les besoins de notre partenaire et pour éviter de lui déplaire. Tout cela sans pratiquement rien demander en retour dans le but d’éviter à tout prix de nous retrouver en plan à nouveau. À la longue, cette manière de nous investir dans une relation ouvre la porte à l’injustice, à l’abus et au mépris. Afin de nous extirper de cette spirale autodestructrice, plusieurs défis attendent les personnes dépendantes : relever notre estime personnelle, réévaluer nos attitudes et nos croyances face à la vie de couple, nous repositionner judicieusement face à notre partenaire et développer une relation intime empreinte de complicité et de respect mutuel.

Renoncer à la jalousie destructrice :

La jalousie amoureuse naît de l’appréhension de perdre notre partenaire au profit de quelqu’un qui serait en mesure de nous le ravir. La jalousie révèle à tout le moins l’importance que nous portons à l’être aimé ainsi qu’à notre relation de couple. Elle n’est cependant pas une preuve d’amour. Elle traduit plutôt l’insécurité, la méfiance et la mésestime qui nous habite. Tous ceux et celles qui en souffrent disent éprouver des émotions regrettables telles que la colère, la honte, l’anxiété et la peine. Lorsqu’elle se manifeste de façon particulièrement tyrannique, la jalousie amoureuse peut provoquer des gestes de violence et même entraîner la rupture du couple. En effet, afin de composer avec des élans de jalousie, certains d’entre nous développent un ensemble d’attitudes malsaines à l’endroit de leur partenaire. Cela peut prendre la forme de contraintes répétées ayant pour objet de limiter la liberté de l’autre ou encore de séances de questions insistantes et interminables afin de tout connaître sur ses allées et venues. Sans compter que le tout puisse parfois être accompagné de mouvements de colère, de crises de larmes et d’allusions qui, bien souvent, deviennent des accusations en règle. Ces affrontements se terminent souvent par des demandes répétées de nous faire rassurer sur le champ par rapport à l’avenir. La jalousie n’étant pas un trait de personnalité, il s’avère donc possible d’y remédier. Et les pistes pour ce faire sont nombreuses. Elles consistent principalement à trouver l’origine de notre affliction, à panser nos blessures passées, à développer une plus grande autonomie et une meilleure estime de nous-mêmes, à renoncer à l’idée d’une relation fusionnelle et, enfin, à réévaluer nos façons de faire afin d’être aimés et réconfortés comme nous sommes en lieu de nous y attendre.

Gestion de la colère :

La colère est une émotion, un état affectif qu’une personne ressent intérieurement et dont la durée et l’intensité sont variables. Elle fait partie d’une des 4 grandes familles d’émotions :

  • Colère
  • Anxiété
  • Culpabilité
  • Tristesse

Les émotions sont des programmes d’actions, des réactions de l’organisme à des stimuli spécifiques.

Les sentiments sont l’expérience consciente de l’état corporel pendant l’activation émotionnelle.

Nous ressentons la colère si nous identifions quelque chose ou quelqu’un qui se met en travers de la réalisation d’un besoin ou d’un désir, nous pouvons  montrer de la colère et voir s’il se soumet. Si l’autre résiste, l’intensité de la colère augmente et peut nous pousser à attaquer.

Affirmation de soi :

L’affirmation de soi peut se définir comme un comportement qui permet à une personne d’agir au mieux de son intérêt, de défendre son point de vue sans anxiété excessive, l’expression efficace sincère et directe de ce que l’on pense, ce que l’on veut, ce que l’on ressent et d’exercer ses droits sans dénier ceux des autres.
L’affirmation de soi n’est donc pas une qualité de la personne, mais un comportement, un axe de conduite qui se travaille et s’apprend. On ne parle donc pas de personne affirmée, mais de comportements affirmés ou affirmatifs.

Gestion de la dépression :

Nous pouvons tous vivre des émotions comme la colère, la tristesse ou la joie. Habituellement, nous sentons que nous contrôlons nos émotions et nous sommes capables de les gérer au quotidien. Une personne atteinte de dépression ressent les émotions négatives plus intensément et durant plus longtemps que la plupart des gens. Elle a plus de mal à maîtriser ses émotions et peut avoir l’impression que sa vie se limite à une souffrance constante. La personne atteinte a ainsi de la difficulté à remplir ses obligations professionnelles, familiales et sociales. Elle peut causer une détresse psychologique et des symptômes physiques.

Quelques raisons de la thérapie individuelle

Problèmes de communication

Problèmes d'estime de soi

Problèmes de confiance

Burn out amoureux

Traumatisme de l’infidélité

Se relever d’une séparation

Déroulement d’une séance de Thérapie :

La durée d’une rencontre est de 50 minutes.  Le tarif est de 100.00 $

Selon la gravité du problème et la nature de vos objectifs, la durée  d’une psychothérapie peut  varier. Une démarche à court terme ( quelques rencontres ) à moyen terme ( 5 à 10 rencontres idéal pour thérapie de couple, gestion de la dépression et de l’anxiété.) ou à plus long terme ( plus de 10 rencontres idéal pour gestion de la dépression sévère, et les troubles de la personnalité ) peut être envisagée. Vos résultats seront proportionnels à  la durée de votre thérapie bien entendu.

Les rencontres sont offertes  au bureau privé et également par internet  en vidéo conférence  avec facetime  en respectant  les besoins du client.

Politique de paiement et annulation d’un rendez-vous !

Paiement par Intérac, en argent comptant et par chèque.

Annulation d’un rendez-vous :

Un rendez-vous doit être annulé 24 heures à l’avance par respect pour mon horaire de travail et envers les personnes qui désirent prendre un rendez-vous car l’heure vous est allouée.

En cas de non annulation lors de la prise  du premier rendez-vous,  des frais de 50.00$ vous seront chargés pour poursuivre au dossier .

Pour les rencontres subséquentes , la totalité du montant 100.00$ sera exigée pour poursuivre au dossier .

La politique d’annulation est conforme et autorisée par L’Ordre des Psychologues.